RDC : Le Trésor public doit débourser 397 millions USD pour l’organisation des élections locales

RDC : Le Trésor public doit débourser 397 millions USD pour l’organisation des élections locales
Actualité Politique

174 total views, 6 views today

Le budget prévisionnel de la CENI des opérations électorales pour la période de 2016-2018, prévoit pour l’organisation des élections urbaines, municipales et locales directes un montant de 377 810 267,43 USD et 27 148 978.74 USD pour les scrutins indirects : sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs 2018, cooptation des chefs coutumiers, élections des conseillers urbains, maires, bourgmestres et chefs de sénateurs soit un budget total de 397 760 794,43 USD.Par Desk Eco12 juin 2019 dans ActualitésFinances

Lors des conférences budgétaires 2019, organisée au mois d’Août 2018 par le Ministère du budget, la CENI a sollicité au Gouvernement un montant de 735 122 519 574 FC ou 420 791 367,81 USD pour le financement des opérations électorales (Organisation des élections sénatoriales, des gouverneurs de provinces et locales).

Après arbitrage du budget au niveau ministériel, 325 000 000 000 FC ou 186 033 199,77 USD a été accordé à la CENI pour l’organisation des scrutins directs urbains, municipaux et locaux ; et des scrutins indirects : sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs, cooptation des chefs coutumiers, élections des conseillers urbains, bourgmestres et des chefs des secteurs.

Sur un budget global de 27 148 978,74 USD attendu pour le financement des Scrutins indirects 1 717 229,53 USD ont été décaissés entre janvier et avril 2019 pour les élections des sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs, cooptation des chefs coutumiers. Ainsi donc, il faudra encore 25 431 749,21 USD pour le paiement des dépenses des élections indirectes des conseillers urbains, bourgmestres et chefs de secteurs.

Cependant, du côté des organisations de la société civile spécialisées sur la question des finances publiques, on renseigne qu’en 2015 la CENI avait évalué ces besoins de financement des Scrutins indirects urbains, municipaux et locaux à 19 950 528 USD. Ensuite, à la même période la CENI chiffrait à 4 416 550 USD les dépenses pour la cooptation des chefs coutumiers et 2 781 900 USD pour les scrutins indirects des Sénateurs, Gouverneurs et Vice-gouverneurs, alors que le paiement a révélé le contraire des besoins exprimés. De ce fait, il est donc impérieux que la CENI présente un budget crédible et rationnel pour permettre l’organisation des élections municipales et locales directes ; urbaines, communales et locales indirectes afin de renforcer la gouvernance à la base.

213 millions USD à rechercher pour la tenue de ces élections ?

En comparant les besoins exprimés par la CENI de 397 760 794,43 USD pour le financement des élections directes et indirectes au niveau locales et le budget 2019 alloué aux opérations électorales de 186 033 199,77 USD, il se dégage un écart de 213 444 824,19 USD à rechercher auprès des partenaires extérieurs si le Gouvernement congolais tient à organiser ces élections en 2019. Ce budget pourrait être réduit si on capitalise les acquis des élections présidentielles, législatives nationale et provinciales.

Pour rappel, entre 2014-2018, dans ses différents rapports, l’Observatoire de la dépense publique avait renseigné que le financement des élections en RDC a été caractérisé par trois facteurs importants : « faible décaissement des fonds par le gouvernement, l’absence de contrôle tant interne qu’externe et l’utilisation irrationnelle des fonds des opérations électorales par la CENI ».